ÉQUIPEMENT
Le kayak

  [ Retour aux documents ]

Le kayak - Les bases:
Par: Stéphane Maltais

Certains disent parfois que les kayakistes "portent" leur kayak. En fait, cette expression représente bien l'importance d'avoir un kayak bien adapté puisque le degré de contrôle que le kayakiste exerce sur son kayak ainsi que le plaisir qu'il retire de l'expérience dépendra largement du contact de son corps avec celui-ci. De plus, le kayak devra être adapté au niveau du kayakiste et à la façon qu'il entend pratiquer le kayak de mer. Afin de faire un choix éclairé, il importe d'abord de connaître les déterminants de base de la performance d'un kayak de mer. Cet article traitera donc de ces caractéristiques de bases et de leur influence sur son comportement et sa performance. Par contre, bien que la considération de chaque caractéristique prise distinctement soit utile et informative, il est essentiel d'analyser un kayak dans son ensemble en évaluant ses proportions et l'interrelations entre ses divers éléments. En outre, chaque règle générale se rapportant aux diverses caractéristiques d'un kayak peuvent être longuement nuancées et il existe des écoles de pensé privilégiant différentes configurations qui sont ultimement une question de préférences et d'adaptation aux façons de pratiquer le kayak de mer.

Les types de kayaks:

De l'embarcation d'abord construit pour la chasse en mer par les esquimaux, les kayaks modernes sont maintenant utilisés essentiellement à des fins récréatifs et leurs designs ont été adaptés aux différents contextes d'utilisation. On peut regrouper les kayaks en trois groupes de bases:

  • Récréatif: Ce type de kayak peut avoir diverses formes et avoir un cockpit fermé par une jupette ou avoir un habitacle ouvert (sit-on-top). Ils sont destinés à des usages générales, dans des conditions diverses comme les rivières peu agitées, les lacs, les rivages bien surveillés et les courtes randonnées. Généralement plus court, ils permettent des virages assez faciles mais gardent moins bien le cap qu'un kayak de mer.
  • kayak de rivière (whitewater): Le kayak de rivière est conçu pour affronter les eaux vives et a une manoeuvrabilité exceptionnelle. Ces kayaks sont courts et ont un giron très prononcé permettant des virages faciles. Ils sont par contre très peu adaptés à avancer en ligne droite sur de longues distances, gardant difficilement le cap et étant très lents.
  • Kayak de mer (Sea kayak ou touring kayak): Le kayak de mer est conçu pour les longues randonnées permettant de garder facilement un cap (stabilité directionnelle ou inertie longitudinale) même dans le vent et les vagues mais font des virages serrés plus difficilement. Ces longs kayaks sont très stables et permettent le transport de tout l'équipement et la nourriture nécessaires à des voyages de plusieurs jours en autonomie complète. Beaucoup ont une dérive ou un gouvernail.

Pour une liste plus complète des types de kayak: http://vieuxrhone.free.fr/kayak/


La longueur:


La longueur au niveau de la ligne de flottaison (figure 1), intimement relié à la longueur total du kayak, est déterminante pour la vitesse du kayak et sa tendance à garder le cap. En se déplaçant, la coque doit séparer l'eau à la proue et lui permettre de se rejoindre à la poupe avec le plus de douceur possible. Plus la ligne de flotaison est longue, plus cete transition sera douce, mais dépend également d'autres facteurs tels la forme de la coque
et la forme vue en plan. Ainsi, de façon générale et tout autres caractéristiques demeurant égales, un kayak ayant une plus longue ligne de flottaison est plus rapide, répartissant mieux le tirant d'eau (figure 2), a une plus grande vitesse de coque, et a une plus grande tendance à garder le cap qu'un kayak ayant une courte ligne de flottaison. Ainsi, lors de l'utilisation d'un kayak ayant une plus longue ligne de flottaison, sa tendance à garder le cap permettra de consacrer davantage d'énergie à avancer et sera plus rapide. Un kayak avec une courte ligne de flottaison sera plus manoeuvrable et permettra des virages rapides, comme les kayaks de rivières par exemple, mais aura davantage tendance à pivoter à chaque coup de pagaie (dérapage ou louvoyage). Le gain de vitesse par l'alongement de la ligne de flottaison atteind une limite dû à une augmentation proportionnée de la friction et du poids qui augmenteront au delà d'une certaine limite l'effort nécéssaire à la propulsion du kayak.
La longueur affecte également le balancement avant-arrière (tangage) lors de la prise de courtes vagues. Une plus longue ligne de flottaison permet de minimiser l'effet de courtes vagues et de diminuer le balancement avant-arrière qu'un plus court kayak subirait. De plus, la plus grande distance entre le cockpit et les extrémités du kayak forme un plus grand bras de levier, soulevant plus efficacement la proue hors de l'eau lors de la prise de vagues, procurant une randonné plus sèche qu'un kayak court.
Si vous planifiez voyager avec du matériel de camping, faire du kayak rapide ou vous promener essentiellement en mer le long des côtes ou dans des grands lacs, un long kayak est tout simplement plus confortable et efficace à pagayer. N'oubliez pas qu'un kayak qui peut paraître très long dans un entrepôt, ne vous paraîtra pas si long après tout en perspective avec l'immensité de la mer !
Par contre, il ne faut pas négliger les avantages d'un kayak plus court dans certains types de pratique. Par exemple, lors de surf ou d'exploration de rivages, de bordures de lacs ou de zones aquatiques sinueuses, un long kayak sera vite plus encombrant et rendra la chose plus difficile, qu'un kayak plus court, plus manoeuvrable et versatile. De plus, de façon générale, le prix et le poids augmentent avec la longueur.

FIGURE 1


La largeur:

La largeur est mesurée au niveau le plus large du kayak (figure 1). De façon générale, une coque plus large laisse plus d'espace intérieur et est plus stable mais est plus lente qu'une coque plus étroite. Le novice, ayant quelques appréhensions face au renversement du kayak, aura tendance à choisir un kayak plus court et large désirant un kayak plus stable et prévisible pour faire son apprentissage. En fait, une fois dans ce type de kayak, il se rendra vite compte qu'il n'y a que peu à apprendre avec ce kayak, qu'il n'y a que peu de performance à en tirer et que s'il se retrouve dans des conditions de mer plus difficile, ce qu'il croyait être avantageux deviendra vite très mal adapté à la situation.
On compare souvent l'apprentissage et la prise de confiance en kayak de mer à l'apprentissage de la bicyclette. Au tout début de l'apprentissage, il n'est pas très rassurant de monter sur une bicyclette avant d'avoir saisi la notion d'équilibre. Ainsi, si le choix est offert de faire une courte balade du dimanche en tricycle ou à bicyclette, le tricycle apparaîtra plus rassurant. Par contre, on se rendra vite compte des limites du tricycle et après quelques apprentissages bien encadrés, une fois la peur de tomber sera partie et la notion d'équilibre saisie, on découvrira vite l'incomparable versatilité de la bicyclette, beaucoup plus performante et mieux adapté à une foule de conditions. Le tricycle (ou le kayak...) aura vite fait de se retrouver aux oubliettes pour être remplacé par une bicyclette source de grands plaisirs et sensations fortes.
Une certaine largeur devrait être conservée au niveau de la proue dans la mesure du possible. Une proue très étroite et fine, bien qu'élégante en apparence, aura tendance à plonger dans les vagues, submergeant le pont avant et éclaboussant le kayakiste par la même occasion.

FIGURE 2


La forme de la coque:

En plus de la largeur, la forme de la coque est déterminante pour la stabilité primaire (tendance à revenir à une position droite, sur le même plan que la surface et à contrer la gîte sur une mer calme) et secondaire (facilité à garder une position de gîte sans se retourner). Si on regarde une coupe transversale d'une coque, on peut distinguer 3 formes de base: la coque ronde, la coque en U ou plate et la coque en V ou à bouchain vif (figure 3).
La coque en V, la forme traditionnelle de plusieurs kayaks Eskimos, donne une bonne stabilité directionnelle dans la mesure ou le giron (figure 1) n'est pas trop prononcé. Cependant, avec une telle forme de coque, il sera très difficile de maintenir une bonne vitesse puisque plus la vitesse augmente, plus le kayak aura tendance à planer sur ses cotés plats et être retardé par les vagues se formant à la proue. Néanmoins, en autant que le V ne soit pas trop prononcé, ce type de kayak peu être très stable et confortable. Dans une mer agitée, leur comportement est prévisible, augmentant la confiance et permettant plus de relaxation que d'autres bateaux.
La coque ronde est plus rapide que la forme en V parce qu'elle offre moins de résistance dans l'eau et procure une promenade moins stressante dans une mer agitée. Une vraie coque ronde est toutefois très instable et requiert beaucoup d'habileté. Les kayaks modernes ont souvent des coques rondes modifiées offrant la vitesse sans l'instabilité.

FIGURE 3


Une coque large et plate, malgré qu'elle offre une stabilité primaire réconfortante n'est pas la meilleure configuration pour parcourir les mers, en plus d'être plutôt lente comparativement à une coque ronde, beaucoup plus rapide. Sur une mer calme, le kayak à coque en U ou plate se tient bien droit sur l'eau mais cette même caractéristique fera en sorte que le kayak aura également tendance à suivre l'inclinaison des vagues (figure 4). Une forme plus arrondie, elliptique ou en V restera plus près de la verticale, ayant moins tendance à suivre les changements d'inclinaison de la surface. Ceci augmente la sensation de stabilité et de confiance dans les vagues et rend le voyage plus agréable. Lorsque plongé dans la vague, le coté submergé donne la flottaison et le support. Un tel kayak est désigné comme ayant une moins grande stabilité primaire mais une bonne stabilité secondaire.
L'élancement (figure 2) contribue également à la stabilité secondaire. Une coque avec des élancements aura une plus grande stabilité mais rendra l'esquimautage plus difficile. De plus, l'élancement tend à garder le kayakiste davantage au sec. Un élancement supplémentaire à la proue, aide à flotter au sommet des crêtes des vagues en mer agitée plutôt qu'elles ne submergent le pont.

FIGURE 4


Une coque ayant des bouchains (transition entre les côtés et le fond, figure 2) adoucis permet des virages inclinés plus efficaces alors que des bouchains vifs rendront les virages inclinés plus difficile, aura une bonne stabilité primaire mais une moins bonne stabilité secondaire. Des bouchains vifs pourraient également diminuer la vitesse. Cependant, il n'est toujours pas clair à savoir lequel du bouchain vif ou adouci est le plus avantageux [ref. 5].
Il existe bien sûr une multitude de variations et de combinaisons de ces formes de base qui donnent des compromis adaptés aux différentes formes de pratique du kayak de mer. Une bonne compréhension du comportement et des conséquences des différentes caractéristiques vous permettra d'avoir un regard plus éclairé lors de la location ou de l'achat d'un kayak et ainsi choisir une embarcation mieux adaptée à vos besoins.

Le giron ou ligne de quille:

Le giron fait référence à la courbe longitudinale de la ligne de quille (figure1, figure5). Plus cette courbe est prononcée, plus les virages seront faciles alors que la partie centrale de la coque plus enfoncée dans l'eau fera office de pivot et les extrémités plus relevées subiront moins la résistance de l'eau. Par contre, le kayak aura tendance à louvoyer à chaque coup de pagaie et gardera difficilement le cap, étant beaucoup plus sensible à l'effet de dérapage provoqué par le vent et les vagues.
Un giron faible résulte en une meilleure stabilité directionnelle au dépend d'une manoeuvrabilité moindre. Un giron plat est approprié au kayak de course, au kayak récréatif ou pour les plans d'eau sans vagues mais moins souhaitable pour la mer qui nécessite un faible giron. Un manque de control et des virages difficiles dans les vagues est le propre de l'absence de giron.
L'inclinaison (gite) du kayak vers l'extérieur lors de virages serrés permet de simuler un giron plus prononcé avec la courbure longitudinale latéral de la coque et d'augmenter l'efficacité des virages avec un kayak ayant un très faible giron, comme beaucoup de kayaks de mer.

FIGURE 5


La profondeur:

La profondeur (ou hauteur) avant plus élevée qu'à l'arrière permet d'entrer et de sortir facilement du cockpit et de fournir l'espace nécessaire pour maintenir une position confortable des jambes et permettre un minimum de mouvement afin de bouger occasionnellement les jambes engourdies. Une bonne technique d'embarquement et de débarquement permet de limiter la profondeur (hauteur) nécessaire. La profondeur arrière doit permettre un dossier suffisamment haut pour bien soutenir le dos et offrant un bon confort pour ne pas avoir l'impression d'être assis sur un tabouret pendant les sorties de plusieurs heures.
L'augmentation de la profondeur permet également une augmentation du volume des caissons, permettant une plus grande capacité de charge. Par contre, l'augmentation de la profondeur augmente également la surface du kayak au-dessus de la ligne de flottaison et ainsi augmente sa sensibilité au vent qui aura davantage tendance à le faire pivoter. Cet effet est accentué par la présence de chargement élevé sur le pont. Un pont trop bas sera plus facilement envahit par les vagues, résultant à des randonnées moins sèches, diminuant le confort du kayakiste.

Le volume:

Le volume de charge utile (volume intérieur) devrait permettre d'inclure tout le matériel nécessaire pour les types de randonnées pratiqués (un jour ou une semaine...) avec un peu plus d'espace pour adapter aux milieux et aux conditions. Faites quelques essaies en louant ou empruntant des kayaks de différents volumes pour connaître le volume qui vous convient. Attention: habituellement une augmentation du volume et de la charge correspond à une dégradation des performances et à l'effort nécessaire au déplacement du kayak. Bien que le kayak de mer permette une charge importante pour ainsi apporter plusieurs objets qui augmentent notre confort, il ne faut tout de même pas exagérer !!!
Les kayaks sont conçues pour supporter une certaine étendu de poids dans lequelle les caractéristiques hydrodynamiques seront optimales. Cette plage de poids est habituellement d'environ 30-35 kilos. Pour une pratique normale, les performances seront à peu près équivalentes lorsque le kayak portera une charge se situant dans cette zone de poids. Comme cette zone est assez large, le poids du kayakiste n'est pas un facteur déterminant pour le choix du kayak, sauf pour des poids très importants.


À VENIR:

Forme vue en plan:
formes swede vs fish

Design anglais vs "Rob Roy"

Dérive et gouvernail:

Le cockpit:
(l'hiloire)

La couleur:

Trappes, caissons et cloisons étanches

Les matériaux:


Références principales:

  1. Dereck C. Hutchinson, The Complete Book of Sea Kayaking, fourth edition. The globe pequot press, 1995.
  2. Choosing a sea kayak design to fit your paddling style, size and skill: http://www.oneoceankayaks.com/kayakpick.htm
  3. Québec Kayak: Lexique du kayak de mer: http://www.cam.org/~cyrd/kayak/lexique.html
  4. Design 101: Factors Affecting Kayak Design: http://www.thekayakstore.com/TKS3_design101.asp
  5. Hard Chines or Soft Lines?: http://www.maths.adelaide.edu.au/applied/llazausk/hydro/kayak/chine/kaychine.htm
  6. Length, Beam, Depth: http://cronus.rockisland.com/~kyak/lbd.html
  7. The Hull Truth: http://www.canoekayak.com/annuals/ktarticles/kt_article_3.htm, 1997.





Dernière mise à jour: